Articles archivés

Robustiano Garcia, fils de Républicain espagnol

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives


Robustiano, fils de Républicain espagnol … C’est l’histoire de cet habitant de Rouhling qui lui a été offert par ses enfants. Une saga familiale écrite par Estelle Fernandes, spécialisée dans le récit biographique pour les particuliers.
(source : Républicain Lorrain)

Pendant les trente-sept mois qu’a duré la guerre, à chaque fois que l’armée se déplaçait, on se déplaçait aussi. Quand la guerre s’est terminée, nous étions à Barcelone. Je me rappelle des grandes manifestations, des défilés où les Républicains criaient "No pasaran ! " » Robustiano Garcia a passé son enfance sous les bombardements dans une Espagne déchirée entre les Républicains et les Nationalistes, menés par le général Franco. Robustiano porte bien son prénom et ses 84 ans.
Réfugié en France.

L’ancien mineur, toujours très alerte, est arrivé en France le 19 février 1949, à Meyreuil, dans les Bouches-du-Rhône. C’était pour rejoindre avec le reste de sa famille son père, militaire et Républicain convaincu, réfugié en France. « En Espagne, j’ai connu les bombardements au cours desquels ma mère a dû être amputée de la jambe gauche et mon grand-père paternel est décédé. On n’avait rien à manger et comme nous étions considérés comme des Rouges, nous n’avions pas droit aux tickets de rationnement. Mais je crois que j’ai eu plus peur après la guerre que pendant. Parce que tu avais la trouille, tout le monde avait peur des autres. Il fallait être méfiant, car il y avait beaucoup de fosses communes… On tuait pour n’importe quel motif ! »

Heureux ou malheureux, Robustiano se souvient des moments qui ont jalonné sa vie comme de son premier vélo. Peut-être celui qui figure sur la page de garde de sa biographie de 237 pages qui lui a été offerte par ses enfants et leurs familles.

Une biographie comme cadeau.

« On s’est dit que c’était une occasion unique d’immortaliser la vie de nos parents et grands-parents avant qu’il ne soit trop tard », explique Vitoriano, un de ses cinq enfants, heureux du travail effectué par Estelle Fernandes. L’ancienne journaliste au Républicain Lorrain s’est lancée dans la rédaction de biographies pour les particuliers. Il ajoute : « Quand je lis ce livre, j’ai l’impression d’entendre les récits de mon père. Bien sûr, cela à un coût, car entre les entretiens, la rédaction et la mise en page, il y a eu plus de huit mois de travail pour Estelle qui a bien su retranscrire son histoire. Mais tout le monde a participé au financement de ce projet. Le livre a été publié à 150 exemplaires comme cela chacun a pu en avoir. »

Son enfance en Espagne tiraillée entre la guerre et la faim où il n’était pas retourné avant 1982, l’arrivée en France, l’hiver le plus dur qu’il ait connu en 1956 en arrivant dans le Bassin houiller, sa vie à Rouhling, commune qu’il n’a plus jamais quittée depuis son arrivée en Lorraine… Les caractères se mêlent aux nombreuses photos pour donner corps à ce livre qui trouvera sa place dans les bibliothèques de ses descendants pour encore quelques générations.

Estelle Fernandes (à gauche), ancienne journaliste au Républicain Lorrain,
s’est lancée dans l’écriture de biographies.

Elle signe Robustiano, fils de Républicain espagnol, 237 pages racontées par Robustiano Garcia.
Un cadeau (tiré à 150 exemplaires) offert à l’ancien mineur par tous ses enfants et leurs familles.
(Ce livre n'est pas en vente)
Photo Thierry NICOLAS
(source : Républicain Lorrain).